Illustration principale
Statue Asmat
Asmat, Irian Jaya, 1800-1900 AD

Bois, pigment, clou
Hauteur : 65 cm

Collecté par les Pères du Sacré Cœur de Tillburg
Michel Thieme, Amsterdam
Collection John et Marcia Friede, Rye
Cette exceptionnelle sculpture - longtemps une des favorites de John Friede au sein de sa collection - était vraisemblablement attachée à la nuque du guerrier pendant des danses rituelles, ou lors des expéditions de chasse aux têtes.

Représentée dans la position originelle des ancêtres fondateurs (Friede, New Guinea Art, Masterpieces from the Jolika Collection of Marcia and John Friede, 2005, n° 517), cette figure est caractéristique du corpus rare des créations les plus archaïques Asmat, comme en témoignent les deux statues du Museum voor Volkenkunde de Leyden acquises avant 1913 (inv. n° 1971-989 et 1971-986). La représentation humaine est ici stylisée à l’extrême : si la tête est parfaitement identifiable, le corps est beaucoup plus énigmatique, évoquant celui d’une mante religieuse, iconographie classique chez les Asmat. L’épure de cette structure est accentuée par l’utilisation de pigments ocres rehaussant l’œuvre à certains endroits. Si elle s’apparente à la statue de l’ancienne collection Pierre Matisse (Sotheby’s, New York, 13 mai 2011, n° 169) et à celle ayant également appartenu à John et Marcia Friede (n° 517), elle s’en distingue cependant par sa saisissante abstraction témoignant d’une vision artistique unique.
Illustration secondaire